Lourdes fête le 160ème anniversaire des apparitions !

agrandir Lourdes fête le 160ème anniversaire des apparitions !
Il y a 160 ans, la Vierge apparaissait à Bernadette Soubirous. © Pierre Vincent, Sanctuaire de Lourdes.
Lourdes fête le 160ème anniversaire des apparitions !
Il y a 160 ans, la Vierge apparaissait à Bernadette Soubirous. © Pierre Vincent, Sanctuaire de Lourdes.

Bernadette Soubirous a 14 ans quand la Vierge lui apparaît pour la première fois, le 11 février 1858, dans la grotte de Massabielle. Aujourd'hui, Lourdes fête le 160ème anniversaire des apparitions.

À propos de l'article

  • Créé le 09/02/2018
  • Publié par :Jacques Nieuviarts / Sabine Harreau
  • Édité par :Sabine Harreau
  • Publié dans Pèlerin
    11 février 2018

 Le jeudi 11 février 1858, dans le froid de l’hiver, à Lourdes, Bernadette Soubirous part ramasser du bois mort, pour le vendre afin de nourrir sa famille. Elle se rend au creux du rocher de  Massabielle, au bord du Gave.


Bernadette voit dans le rocher une Dame.

Elle entend « comme un coup de vent ». Or, il n’y a pas de vent. Elle voit alors dans le rocher une Dame.

« Elle avait une robe blanche et une ceinture bleue et une rose jaune sur chaque pied, couleur de la chaîne de son chapelet. » Bernadette prend son chapelet et fait le signe de la croix. Elle récite le chapelet, guidée par la « Dame », qui ensuite disparaît.

Je ne vous promets pas de vous rendre heureuse en ce monde mais dans l’autre.

Le dimanche 14 février, poussée par une force intérieure, Bernadette retourne à la grotte. Après la première dizaine de chapelet, elle voit apparaître la Dame, qui disparaît au terme de la prière.

« Je ne vous promets pas de vous rendre heureuse en ce monde mais dans l’autre », lui dit la Dame le 18 février. Mais elle lui demande aussi : « Voulez-vous me faire la grâce de venir ici pendant quinze jours ? » Bernadette viendra quinze jours, mais parfois la Dame ne lui apparaîtra pas. C’est pour elle l’épreuve.

Voulez-vous me faire la grâce de venir ici pendant quinze jours ?

La Dame lui apparaîtra encore le 19 février, puis le 20. Le 21, beaucoup de gens l’accompagnent, dont le commissaire de police, et encore le 23. Le 24 février, la Dame lui parle à nouveau : « Pénitence ! Pénitence ! Pénitence ! Priez Dieu pour les pécheurs ! »

Sa tante gifle Bernadette, car on la croit folle.

Le 25 février, la Dame lui demande d’aller « boire à la source ». La jeune fille gratte le sol et ne trouve que de la boue, qui peu à peu se clarifie. Sur la parole de la Dame, elle mange aussi de l’herbe. Sa tante la gifle. On la croit folle. Mais elle répond que « c’est pour les pécheurs. »

Le 27, puis le 28 février, elle renouvelle ces gestes de pénitence. La foule augmente, le juge la convoque. Une amie baigne dans l’eau de la source son bras paralysé, qui retrouve souplesse. Le 2 mars, la Dame demande à Bernadette : « Allez dire aux prêtres qu’on vienne ici en procession et qu’on y bâtisse une chapelle. »

Je suis l’Immaculée Conception.

Bernadette transmet le message à l’abbé Peyramale, curé de Lourdes, qui la reçoit rudement. La Dame apparaît encore le 3 mars. Le 25 mars, elle révèle son nom : « Je suis l’Immaculée Conception. »

Bernadette ne comprend pas ces mots, qu’elle répète en chemin pour les redire au curé Peyramale. Celui-ci en est bouleversé : quatre ans plus tôt, le pape Pie IX a proclamé le dogme affirmant Marie « Immaculée Conception » (1854). La Vierge apparaîtra encore le 7 avril et la dernière fois, 16 juillet 1858.

L’évêque de Tarbes reconnaît officiellement les apparitions en 1862.

L’évêque de Tarbes reconnaît officiellement les apparitions en 1862. Bernadette est béatifiée le 14 juin 1925, et canonisée le 8 décembre 1933.


Qui est Bernadette Soubirous ?


Bernadette_soubirous_1_publicdomain

"Pour qui me prenez-vous ? Je sais bien que si la Sainte Vierge m’a choisie, c’est parce que j’étais la plus ignorante. Si elle en avait trouvé une plus ignorante que moi, elle l’aurait choisie. » Ainsi parle Bernadette, sans détour.

Bernadette Soubirous naît au moulin de Boly le 7 janvier 1844. Elle est baptisée deux jours plus tard, dans l’église paroissiale Saint-Pierre, à Lourdes. Bernadette est l’aînée de neuf enfants, dont cinq meurent en bas âge.

Sa santé est fragile, mais elle a le tempérament bien trempé. Ses parents, François Soubirous (1807- 1871) et Louise Castérot (1825-1866), exploitent le moulin de Boly. C’est une famille où l’on connaît le travail et où l’on s’aime. Où l’on a aussi la foi chevillée au corps et où la prière est inscrite profondément dans la vie.`

Mais le métier de meunier se précarise, et les Soubirous en viennent à connaître la misère, au point de devoir vivre dans l’ancien cachot de Lourdes, désaffecté pour insalubrité. Bernadette vivra à plusieurs reprises chez sa nourrice, à Bartrès, un village voisin.

À 14 ans, Bernadette mesure 1m40. Elle souffre d'asthme. Elle ne sait ni lire, ni écrire et en souffre.

Le 21 janvier 1858, son père va la rechercher à Bartrès, pour qu’elle prépare sa première communion, qu’elle désire intensément. Mais à l’école aussi bien qu’au catéchisme, elle n’a pas la tête aux formules ni à ce qu'on lui enseigne. Elle fera néanmoins sa première communion le 3 juin 1858, durant les apparitions.

C'est donc le 11 février 1858 que lui apparaît la première fois celle qui le 25 mars lui confiera son nom : « Je suis l’Immaculée Conception ». La Vierge lui apparaîtra 18 fois, entre le 11 février et le 16 juillet 1858.

Bernadette demeurera à Lourdes jusqu’en 1866. A 22 ans, elle entrera chez les Sœurs de la Charité de Nevers qu’elle a connues à Lourdes. Elle y restera jusqu’à sa mort, le 16 avril 1879. Elle a alors 35 ans.

Vos commentaires

0 Commentaire Réagir

Paru le 26 juillet 2018

Notre Librairie

Voyages et croisières